Articles avec #anorexie-boulimie-hypnose-bordeaux tag

Publié le 31 Octobre 2017

L'hypnose et la P.N.L sont des outils efficaces qui offrent à chacun les moyens de reprendre sa vie en main. L'accompagnement par l'hypnose et la P.N.L a pour but de vous apporter des "solutions" efficaces, de trouver les ressources nécessaires en vous pour atteindre votre objectif. Généralement, une à trois séances suffisent pour vous rendre acteur d'un processus de changement durable dans le temps. A travers le dialogue, votre hypnothérapeute vous permet d'accéder à des images, des sentiments, des souvenirs riches de sens. C'est un professionnel qualifié respectant des règles de déontologie précises, avec lequel il est important de vous sentir en confiance. Choisissez toujours une personne avec qui vous vous sentez capable d'accomplir le changement que vous attendez.

 

Je suis professionnel du bien-être, je ne suis ni médecin, ni psychologue, ni psychiatre.

Je ne fais donc pas de diagnostics, ne soigne pas et ne guéris pas.

Les informations sont données dans le cadre d'une démarche de mieux-être à l'exclusion de tout objectif médical (ou paramédical) et ne peuvent en aucun se substituer à un avis médical.

Elles ne dispensent en aucun cas de consulter un professionnel de la santé, chaque fois que cela est nécessaire.

Seul un médecin est habilité à poser des diagnostics, prescrire, modifier ou supprimer tout traitement médical.

Toute question relevant du domaine médical est à poser à votre médecin traitant.

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 5 Mai 2015

Pendant des années, j'ai eu tendance à imaginer que mon inconscient était un peu comme un sac où je déposais les images, conversations ou ressentis que je cherchais à ignorer.

Quand le sac était trop lourd ou trop encombrant, toutes sortes d'émotions en sortaient et s'imposaient à moi, dont consciemment je n'étais que spectateur, ça se traduisait parfois par une perte de confiance, de la colère, de la tristesse, une sensation de solitude et d'incompréhension face au monde qui m'entourait.

Comment me sentir responsable d'une partie inconsciente qui s'impose ?

Et je vous laisse imaginer tout ce que cela entraînait comme répercussions dans ma vie intime, affective, professionnelle, amicale, sur ma santé...

Aujourd'hui, la rencontre avec certains thérapeutes et ma connaissance de l'hypnose m'ont permis de comprendre que cet inconscient peut être un allié, un ami, un guide, une partie de moi avec laquelle il m'est facile par des techniques, de rentrer en relation, afin de me permettre d'avancer plus sereinement, de trouver en moi des ressources stables et évolutives, et cette sensation très agréable d'être uni à l'intérieur, dans la joie et la confiance .

Évidemment cette relation à nous est comme un jardin que nous devons cultiver. Chaque jour est un jour nouveau et nous évoluons sans cesse, les ressources utiles hier seront différentes de celles dont nous aurons besoin demain, et tel un programme sur un ordinateur, nous avons besoin de mises à jours régulières, il est intéressant de cultiver cet échange avec notre partie inconsciente.

Toutes les techniques abordées en consultation, vous pouvez les reproduire seul, certes, ça demande un investissement personnel minimum, un nouvel apprentissage, une nouvelle manière d'aborder le monde vers une vie plus sereine .

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 5 Mai 2015

Tous les mots que nous utilisons sont chargés d'expériences, de ressentis,

peut-être parfois d'odeurs, de saveurs, de couleurs,

et je ne sais pas à quel moment,

après les avoir vus pour la première fois,

ils ont complètement intégrés notre vocabulaire.

Il est intéressant d'observer que les mots utilisés chaque jour sont chargés de notre expérience d'enfant, et par la suite, ces expériences vont probablement être influencées et enrichies.

Qu'en est-il des nouveaux mots que nous apprenons ? À quel moment sont-ils acquis dans notre vocabulaire ? Sont-ils reliés à un sens ?

Pour encore mieux comprendre l'importance de ces ancrages, je vous invite à penser à ces mots qui déclenchent phobie et hystérie, comme "araignée" ou "rat..." Ces mots qui parfois donnent à certains des frissons .. Ou encore les mots "vacances" et "plaisir" pour lesquels une représentation sensorielle se crée facilement.

Il est dit que l'inconscient ne retient aucunement les négations. Si je vous dis, ne pensez pas à la couleur rouge, à quoi pensez vous ?

Pour comprendre la phrase énoncée, le cerveau va, comme nous l'avons vu précédemment : Dans un premier temps, rechercher dans chacun des mots utilisés, son sens, ainsi que toutes les expériences associées, puis il va relier ces mots entre eux, un peu comme si,

pour imager, parlons de cette expérience que vous connaissez peut-être :

Prenez un carnet ou un cahier. Sur le bord extérieur droit de ce carnet, vous allez schématiser un personnage, qui sera reproduit sur chacune des pages dans une position différente. Imaginez maintenant que chaque dessin représente un mot avec l'ancrage de son expérience. Et maintenant, exercez avec votre pouce une pression sur le bord extérieur droit du carnet afin d'en libérer les pages, ces dessins en ce succédant rapidement vont créer une animation, de la même manière le cerveau va relier les mots afin d'en comprendre la suggestion.

Dites ce que vous voulez plutôt que ce que vous ne voulez pas.

Quand vous allez au restaurant, lorsque le serveur ou la serveuse vient vous voir ;

faites vous l'énoncé des plats que vous ne voulez pas? Ou juste le plat désiré ?

Dans la vie, c'est pareil, dites ce que vous voulez, cela éliminera d'office tout ce que vous voulez éviter, et vous simplifiera ainsi la vie ...

Je vous invite à faire un jeu . Pour chacune des phrases qu'il vous arrive de prononcer avec la négation, intéressez-vous à la prononcer sans négation et écoutez la suggestion qui se cache derrière.

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 5 Mai 2015

La confiance

(Du latin populaire; fidare, confier,du latin classique fidere, compter sur lui ; s'en remettre à ; accorder du crédit à quelque chose, croire en sa valeur, en sa réalité : Se fier aux apparences. Compter sur une aptitude. )

Je me suis demandé ce qui se passe en moi quand je suis dans l'absence de confiance. Ai-je toujours besoin de la même confiance ? Comment expliquer le fait d'être en confiance dans certains domaines et peu dans d'autres? Que peuvent me permettre la confiance ou son absence, et comment ceci influence ma manière :

d'agir ou de ressentir ?

de voir ou d'entendre ?

d'interagir avec le monde qui m'entoure ?

Quel intérêt puis-je trouver parfois dans cette confiance ou dans son absence ?

Dans certains cas, quand j'ai voulu me déresponsabiliser de certaines situations, ou quand cette non confiance m'apportait la bienveillance de certaines personnes, ou me permettait de recevoir de l'attention, la non confiance était adaptée.

Dans d'autres cas me responsabiliser m'apporte une fierté, un peu comme le ressenti d'un enfant quand il arrive à tenir sur son vélo, libéré de ces deux petites roues si rassurantes ou tous les contextes dans lesquels j'ai pu me dépasser, pour un examen, une épreuve sportive, parler devant un public, surmonter une peur, dans de multiples situations finalement ... Ce sentiment de fierté me donne confiance, m'aide à avancer dans la vie plus sereinement.

Il existe tellement de confiances différentes.

Nous avons besoin d'une confiance plus spécifique pour un entretien, pour prendre sa voiture ou pour une première rencontre amoureuse. La confiance s'exprime de manières diverses. Certains sourient tout le temps, d'autres se tiennent plus droit et avancent avec fière allure...

Et vous, à quoi ressemble-t-elle ? Ou à quoi aimeriez-vous qu'elle ressemble ?

Mon cerveau a créé ce comportement, comme un programme et à chaque fois que j'en trouve l'intérêt, consciemment ou inconsciemment, aussi simplement que si j' avais à appuyer sur un interrupteur, mon cerveau installe ce comportement. Que ce soit dans la non confiance ou dans la confiance, ne vous êtes-vous jamais dit ? "ah, ça! je n'y arriverai jamais , je n'en suis pas capable, je suis trop nul ..." ou "trop facile, ça ne peut que fonctionner, je sais le faire ..."

Ces comportements qui ont eu leur raison d'être à un moment de notre existence deviennent des croyances qui nous influencent chaque jour dans nos choix, nos pensées, et dans toutes nos décisions.

Un hypnothérapeute vous demandera peut-être, "Comment faites-vous quand vous êtes dans la confiance ?" "À quoi ça ressemble ?" " Si vous transposiez les mécanismes qui se mettent en mouvement en vous dans l'expérience de la confiance, dans tous les domaines de non confiance , qu'est-ce que cela change ?" "Comment ça influence votre vie présente et future ?" "Quelles sont les nouvelles opportunités que cela crée ?" "Y a-t-il une partie à l'intérieur de vous, qui, en désaccord avec cette confiance, vous empêche d'y accéder facilement ? "

Et une multitude d'autres questions et de suggestions qui vous guideront à votre rythme vers une confiance adaptée à vos besoins. Votre vie est précieuse, prenez-en soin.

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 5 Mai 2015

Les ancrages sont des mémoires actives reliés à nos émotions et à nos sens, ce sont des filtres qui au moment de leurs activations, nous influencent dans nos choix et jugements chaque jour.

Nous savons aujourd'hui que les premiers balbutiements d'un bébé sont en fait, la modélisation des mouvements de la bouche des parents, ce qui amène à penser que nous apprenons essentiellement par la modélisation, peut-être une manière de s'adapter, de créer un climat sécurisant, ou une façon aisée de communiquer, de recevoir de l'amour.

"Il ou elle me comprendra, nous sommes pareils"

Une façon particulière de créer du lien d'appartenance,

"il ou elle ressemble à sa mère ou à son père"; "Il y a un air de famille"; "elles aiment les mêmes choses, on dirait deux sœurs "

L'essentiel des ancrages et des modélisations se créent durant l'enfance, peut-être pour les mêmes besoins que l'enfant en recherche d'amour ou d'attentions, et une partie de nous reste vigilante à tout ce qui peut réactiver ces mémoires, qu'elles soient négatives ou positives n'a aucune importance, ce sont des repères, des projections, des suggestions qui nous servent à avancer dans ce monde qui semble parfois inconnu et qui dans certaines circonstances nous bloquent, nous limitent...

"je sais ce que je suis en train de vivre, je l'ai déjà vécu"

"j'ai toujours agi comme ça, je ne sais pas faire autrement"

Rappelez vous la peur ou le stress ressenti lors d'une première fois, quand dans votre mémoire il y a une absence de référence ou de modèle.

Il est intéressant aussi de remarquer les mécanismes qui se mettent en place quand vous rencontrez une personne pour la première fois, sans même la connaitre vous allez naturellement l'apprécier ou bien le contraire ...

Est-ce dû à sa physionomie ? Sa manière de se mouvoir ? Le son de sa voix ? Son odeur ? Sa manière de vous toucher en vous saluant ?

Qu'elles sont les innombrables informations que nous captons ? analysons ? Notre cerveau inconscient travaille à la vitesse de 2 000 opérations par mètre seconde, il visite l'intégralité de nos connaissances, de notre expérience, à la recherche de repères.

"Est-ce que cette personne est bonne pour moi, ou pas ? Quel modèle vais-je choisir en réaction, le plus adapté pour moi ?

Pourquoi une main posée peut parfois apaiser, rassurer ?

Quels ancrages s'activent à l'intérieur de nous, lors d'une rencontre amoureuse ?

Est-ce que dans cette rencontre nous aurons tendance à modéliser

Une gestuelle ? Une manière de parler ? Qu'est-ce que nous cherchons à créer en modélisant ? De la confiance ? Nous libérer de la solitude ?

"Je ressens la même chose que toi "

"Et comme nous sommes pareils, je sais exactement ce qu'il va dire" ... "Ah lui, je le sens bien "... Je me souviens de toutes ces fois où j'adoptais des comportements qui n'étaient aucunement les miens, et que je me les appropriais plus ou moins facilement, plus ou moins consciemment,

pour mieux m'adapter, ou pour mieux m'en extraire, que ce soit au travail, en famille ou en société.

Dans la longue liste de nos comportements, certains de ces modèles ou ancrages ont parfois des résonances négatives ou limitantes, même s'ils ont eu leurs importances à un moment donné, ce sont des croyances limitantes qui aujourd'hui peuvent être dépassées.

Un hypnothérapeute vous aidera à déprogrammer ces ancrages, à vous libérer ou à faire évoluer certaines croyances, une nouvelle manière de se présenter au monde, plus adaptée à ce que vous êtes aujourd'hui, afin d’avancer plus sereinement.

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 5 Mai 2015

Imaginez un abcès dentaire, il est toujours possible d'anesthésier la douleur mais cela ne change aucunement le danger que peut représenter l’abcès. Votre santé est précieuse, soyez vigilant !

Il est important d'avoir l'avis d'un médecin avant toute prise en charge de la douleur.

Qu'est-ce que la douleur ?

Une information transmise par une partie de mon corps à mon cerveau afin de signifier un

éventuel déséquilibre ?

Un danger potentiel ?

Une invitation à réorienter ma vigilance ?

Une invitation au repos ?

Qu'est-ce cette douleur me permet de vivre ou de ne pas vivre ?

Qu'est-ce qu'elle me montre ?

et montre à mon environnement ?

Est-t-elle utile finalement ?

Quand est-t-elle apparue la première fois ?

Que veut-elle pour moi ?

Est-elle localisée ou se diffuse-t-elle ?

A-t-elle une forme ?

Si oui est-elle plutôt saillante ou arrondie ?

A-t-elle une texture ?

Une couleur ?

Est- elle plutôt lourde ou légère ?

Est-ce plutôt chaud ou froid ?

Est-ce qu'elle bouge ou est-elle statique ?

Est-elle plutôt lumineuse ou sombre ?

Quand je pense à toutes ces anciennes douleurs, comment ont-elles fait pour disparaître ?

Est-ce que ma partie inconsciente peut s'en souvenir et montrer à cette partie douloureuse comment faire ?

 

Si j'imaginais un curseur de 0 à 10 pour signifier ce désagrément,

à combien le situerais-je ?

A combien souhaiterais-je le descendre ?

Si j'imaginais un curseur de confort entre 1et 7, à combien le situerais-je ?

À combien désirerais-je le voir monter ?

Que ce passe-t-il d'intéressant quand ce curseur monte alors que l'autre descend ?

Quelle sensation intéressante pourrais-je rajouter à ce confort ?

Maintenant qu'il peut augmenter librement.

Et si j'imaginai cette douleur, qui n'en ai peut être déjà plus une, juste devant moi,

comme posée sur une table, comme si je voulais mieux l'observer ?

A-t-elle toujours la même couleur ou texture ?

Maintenant que cette forme est à l'extérieur, quelle sensation je perçois à l'intérieur ?

Il est arrivé parfois, qu'un lien, puisse me relier à une forme similaire ?

Comme un fil ?

Un cordon ombilical ?

de la fumée ?

Ou peut-être tout autre représentation ?

Est-ce que ce lien est coloré ?

Que ce passe-t-il quand ce lien se délie ?

Se coupe ?

Ou peut-être se consume ?

Disparaît ?

Et que cette forme peut maintenant à son tour s'éloigner et disparaître, à son rythme, aussi facilement qu'une respiration ?

C'est tellement agréable de se sentir bien ! Que serait-il intéressant de ressentir à la place ?

là, maintenant !

Qu'est ce qui change dans mes perceptions ?

Peut-être une nouvelle manière

d'entendre, de regarder, de ressentir le monde ?

Qu'elle possibilité cela crée comme potentiels ?

Et si j'oubliais ?

Ça ressemblerait à quoi ?

Soyez vigilants! Votre vie est précieuse, prenez en soin !

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 5 Mai 2015

Comprendre les allergies.

Vous vous baladez dans la rue ou vous êtes chez vous, vous êtes entourés de microbes en permanence et dans ce contexte notre corps, cette machine incroyable, développe des ressources à chaque instant pour maintenir notre organisme en équilibre (l'homéostasie). Mais il a aussi la capacité de généraliser certaines informations, peut-être, poussé par l'instinct de survie. Parfois, il suffit juste d'être fatigué ou en présence d'un agent pathogène dans notre environnement, en même temps qu'un poil de chat, d'acariens, de pollen, de tout autre particules ou aliments, dans ce cas, notre cerveau peut généraliser l'information, dans l'intention de se protéger.

Dès lors, cette particule ou cet aliment devient l'agent pathogène, et provoque des réactions suffisamment importantes, dans le but de nous tenir à distance de celui-ci.

Un hypnothérapeute vous permettra de dé-généraliser cette information, de dissocier ce que votre cerveau a associé et de définir avec vous ce qu'il doit désapprendre et réapprendre, tout en remerciant cette partie de vous, qui a œuvré pour vous protéger.

Attention , 3 % des allergies sont dues à des défaillances de notre système immunitaire, et non d'une généralisation inconsciente instinctive de notre cerveau. Un travail en hypnose sera donc inefficace.

Il est impératif lors d'une consultation d'avoir son traitement à portée de main ou d'être proche d'un établissement spécialisé pouvant vous prendre en charge rapidement . Tout arrêt d'un traitement se doit d'être validé par un médecin.

Soyez vigilants! Votre vie est précieuse, prenez-en soin !

Voir les commentaires

Repost0