L'inconscient

Publié le 5 Mai 2015

Pendant des années, j'ai eu tendance à imaginer que mon inconscient était un peu comme un sac où je déposais les images, conversations ou ressentis que je cherchais à ignorer.

Quand le sac était trop lourd ou trop encombrant, toutes sortes d'émotions en sortaient et s'imposaient à moi, dont consciemment je n'étais que spectateur, ça se traduisait parfois par une perte de confiance, de la colère, de la tristesse, une sensation de solitude et d'incompréhension face au monde qui m'entourait.

Comment me sentir responsable d'une partie inconsciente qui s'impose ?

Et je vous laisse imaginer tout ce que cela entraînait comme répercussions dans ma vie intime, affective, professionnelle, amicale, sur ma santé...

Aujourd'hui, la rencontre avec certains thérapeutes et ma connaissance de l'hypnose m'ont permis de comprendre que cet inconscient peut être un allié, un ami, un guide, une partie de moi avec laquelle il m'est facile par des techniques, de rentrer en relation, afin de me permettre d'avancer plus sereinement, de trouver en moi des ressources stables et évolutives, et cette sensation très agréable d'être uni à l'intérieur, dans la joie et la confiance .

Évidemment cette relation à nous est comme un jardin que nous devons cultiver. Chaque jour est un jour nouveau et nous évoluons sans cesse, les ressources utiles hier seront différentes de celles dont nous aurons besoin demain, et tel un programme sur un ordinateur, nous avons besoin de mises à jours régulières, il est intéressant de cultiver cet échange avec notre partie inconsciente.

Toutes les techniques abordées en consultation, vous pouvez les reproduire seul, certes, ça demande un investissement personnel minimum, un nouvel apprentissage, une nouvelle manière d'aborder le monde vers une vie plus sereine .

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article